Vous êtes ici

Patrimoine dans le Vaucluse

 

CHOISIR UN AUTRE DEPARTEMENT : Alpes-de-Haute-Provence   -   Hautes-Alpes   -   Alpes-Maritimes   -   Bouches-du-Rhône   -   Corse   -   Var

 

CONSULTER L'INVENTAIRE DU PATRIMOINE DU VAUCLUSE

 

Cavaillon

(source : Mairie de Cavaillon-Patrimoine)

 

 

La colline Saint-Jacques domine de plus de 100 mètres l'agglomération de Cavaillon ; on y accède par le chemin de Saint-Jacques, à l'ouest. La chapelle Saint-Jacques qui couronne cette colline a été bâtie au XIe ou XIIe siècle, agrandie au XVIe, puis restaurée au XIX siècle. Elle a été occupée de façon continue par des ermites du XIV au XVIIIe siècle.

 

 

Cathédrale Saint-Véran et son cloitre. Une architecture complexe. L’évêché date du IVe siècle. La légende attribue la construction de la première cathédrale à l’évêque saint Véran. Les bâtiments actuels sont datés d’un premier ensemble du XIe siècle, agrandi d’une nef de cinq travées au XIIIe siècle, époque de sa consécration par le pape Innocent IV (1251). Le clocher octogonal et le cloître sont édifiés à la même époque. Le campanile date de la fin du XVe siècle.

La Chapelle du Grand-Couvent (fin du XVIIe siècle). Le monastère des Bénédictines se développe dès le XIVe siècle, autour de l’ancienne église des Templiers. Une nouvelle chapelle est édifiée à la fin du XVIIe siècle, dont l’évêque Jean-Baptiste de Sade prescrit l’ouverture sur la Grand’rue, principale artère de la ville depuis l’Antiquité.

La Chapelle Notre-Dame des Vignères (fin du XIe siècle-XIIe siècle). Exemple typique d’art roman provençal, cette chapelle fut construite à la toute fin du XIe siècle, contre une construction plus ancienne (VIIIe - XIe siècle) au sud est.

Monastère Saint-Jean dit Saint-Benoît de Cavaillon. En 1327 le pape Jean XXII autorise les moniales de Saint-Benoît, établies depuis le XIIe siècle dans "la solitude de saint Marcel", au diocèse de Cavaillon, à se transporter à l'intérieur de la ville épiscopale. La maison ayant appartenu aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem leur est accordée, puis sous Urbain V une autre maison leur est donnée par l'entremise du cardinal Philippe Cabassole : c'est l'église Sainte-Catherine unie au monastère Saint-Jean, devenu dans l'usage courant Saint-Benoît

L’Hôtel  d’Agar.: Au cœur de Cavaillon, l’hôtel d’Agar est bâti, comme la cathédrale Saint-Véran toute proche, sur les ruines de la ville romaine qui s’était développée au bas de la colline Saint-Jacques. Les premiers éléments de ce qui sera l’hôtel d’Agar datent du XIIe siècle. Son jardin contient un aqueduc romain et des canaux d’irrigation creusés après 1535.

L’Hôtel de Ville (XVIIIe siècle).La maison commune du Moyen Âge fut remplacée en 1750 par un bel édifice classique, œuvre de l’architecte avignonnais J. Abel Mottard.

Pont aqueduc de la Canaù (Cavaillon). C'est un ouvrage du canal Saint-Julien. Ce canal est un ouvrage du XIIe siècle, permettant, en plus de l'irrigation, l'alimentation en eau d'un moulin appartenant à l'évêque.

L’Arc romain (début du Ier siècle après JC). Initialement situé au cœur de la ville, ce bel arc tétrapyle devait marquer l’entrée magistrale d’un édifice ou de la place publique, le forum.

 

Avignon

(sources : Avignon-tourisme.com et Wikipédia)

Vitrine artistique et culturelle de premier plan, Avignon s impose comme une ville au riche patrimoine. « Ville d'art » jusqu'à la disparition de ce label en 2005 au profit du réseau des Villes et Pays d'Art et d'Histoire, la municipalité ne s'est pas incluse dans ce nouveau réseau.

Les remparts du XIVe siècle. Ils sont classés Patrimoine Mondial de l’UNESCO, ceinturent toujours la vieille ville. Longs de 4,3 km, ils furent commencés dès 1355 sous le pontificat d'Innocent VI afin de repousser les assauts des Grandes Compagnies, et achevés en 1370 avec Urbain V.

 

La basilique Métropolitaine Notre-Dame des Doms. Construite au XIIe siècle puis remaniée aux XVe et XVIIe siècles, la basilique métropolitaine domine, à côté du Palais des Papes, la vallée du Rhône depuis le rocher des Doms. Son clocher est surmonté d'une Vierge de plomb doré.

 

 

Le palais des papes du XIVe siècle. C'est le symbole du rayonnement de l’Eglise sur l’Occident Chrétien au XIVe siècle. Edifié à partir de 1335, en moins de vingt années, il est l’œuvre principalement de deux papes bâtisseurs, Benoît XII et son successeur Clément VI. Avignon présente un paysage urbain grandiose : dominant la Cité et le Rhône, le Rocher des Doms offre un ensemble monumental exceptionnel constitué du Pont saint Bénezet, des Remparts, du Petit Palais, de la Cathédrale des Doms et des murailles impressionnantes flanquées des quatre tours gigantesques du Palais des Papes.
Cet ensemble architectural unique est classé par l’UNESCO : « Patrimoine mondial de l’humanité ».

 

La basilique Saint-Pierre est une église de style gothique située à Avignon sur la place Saint-Pierre. Édifiée à l'emplacement d'une première construction du VIIe siècle, sa reconstruction actuelle date de 1358.

Les livrées cardinales : palais élevés pour y accueillir un cardinal et sa suite. Au départ, les livrées n'étaient que de simples habitations bourgeoises réquisitionnées par l’administration pontificale. 26 livrées et 7 résidences cardinalices ont été recensées à  Avignon, 15 palais ou hôtels à Villeneuve-lès-Avignon

Le pont Saint-Bénézet . D'après la légende, le pont a été édifié au XIIe siècle par un jeune berger du Vivarais, Bénezet, sur ordre céleste. Achevé en 1185, il constituait le premier passage sur le Rhône entre Lyon et la mer, le pont s'étirait alors sur environ 900 mètres et comptait quelques 22 arches. Démantelé en 1226, reconstruit et plusieurs fois emporté par le Rhône, son utilisation est abandonnée au XVIIe siècle. Il comporte aujourd’hui quatre arches et une chapelle dédié à saint Nicolas. Il est célèbre de part le monde grâce à la chanson enfantine "Sur le pont d’Avignon".

Le musée Calvet d'Avignon possède dans ses réserves une serrure de coffre du XVIIe siècle, intéressante pièce de maîtrise dont le cache-entrée est constitué d'une statuette de saint Jacques.

Musée du Petit Palais : retable Requin (1444-1445), découvert à la fin du 19e s. par le chanoine Requin ; le tableau représente la Vierge à l'Enfant entourée par deux donateurs et présentée par leurs saints patrons, saint Jacques et un saint évêque (peut-être saint Maximin).