Vous êtes ici

Patrimoine dans les Alpes-Maritimes

CHOISIR UN AUTRE DEPARTEMENT : Alpes de Haute Provence   -   Hautes Alpes   -   Bouches du Rhône   -   Corse   -   Var   -   Vaucluse


 


CONSULTER L'INVENTAIRE DU PATRIMOINE DES ALPES-MARITIMES


 


Menton


(sources Wikipédia)



 


 


  • Chapelle Saint-Jacques

 


 


 


 


  • Basilique Saint-Michel-Archange est un joyau de l'art baroque du pays mentonnais. Construite en 1619, elle est l'œuvre du génois Lorenzo Lavagna. La façade du parvis ainsi que les 2 clochers ont été repeints en 1975 avec des peintures se rapprochant de celles "d'époque".

  • Chapelle de l'Immaculée-Conception ou chapelle des Pénitents blancs construite entre 1680 et 1687, de style baroque. Elle partage le parvis de la basilique.

  • L'église russe-orthodoxe , construite en 1892 par l'architecte danois Hans-Georg Tersling, dans un style russe du XVIIe siècle, nous rappelle que la colonie aristocratique russe était nombreuse au XIXe siècle dans la région. Elle desservait aussi la base marine russe de Villefranche. Elle est dédiée à Notre-Dame, joie des Affligés (ou Notre-Dame de Consolation) et à Saint-Nicolas-le-Thaumaturge fut construite dans un style russe du XVIIe siècle, en 1892.

  • Monastère de l'Annonciade XVIe siècle, agrandi XIXe siècle avec chapelle XVIIIe siècle

  • Église du Sacré-Cœur construite en 1910 de style roman.

  • Chapelle de la Miséricorde des Pénitents Noirs, ancien couvent des capucins XVIIe siècle

  • Chapelle de la Madone de Carnolès, reconstruite XIVe siècle XVe siècle

  • Chapelle Saint-Christophe construite en 1874 de style néo-gothique.

  • Chapelle Saint-Roch XVe siècle. La première procession dite du vœu de Saint-Roch a eu lieu en 1731 pendant une épidémie de variole14.

  • Chapelle Saint-Vincent

  • Chapelle Sainte-Jeanne d'Arc

  • Notre-Dame-de-Fatima

  • Chapelle Sainte-Alexandrine XIXe siècle de style byzantin.

 


Garavan


  • Chapelle Sainte-Anne XVIIe siècle

  • Chapelle Saint-Jacques construite en 1687 de style baroque.

  • Chapelle Saint-Laurent construite en 1882

 


Monti


  • Église Saint-Honoré construite en 1822 de style néo-gothique.

  • Chapelle Saint-Roman d'origine médiévale, reconstruite au XVIIe siècle de style classique.

 


roquebrune cap martin


Source : office de tourisme


  • Église Sainte-Marguerite est construite au XIIe siècle restaurée à plusieurs reprises, notamment au XIXe siècle. Depuis l'église, chaque année, se déroule la traditionnelle fête de la Passion.

  • Église Saint-Joseph, à Carnolès.

  • Église Saint-Martin-du-Cap, au Cap Martin.

  • Chapelle de la Pausa, construite au XVe siècle à la suite d'un vœu des habitants au moment de l'épidémie de peste en 1467. Fresques intérieures. Le nom vient probablement de pause, car elle est située au pied du raidillon qui conduit au village et au château de Roquebrune. À l'origine, elle était dédiée à Notre-Dame-des-Neiges 8.

  • Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Voyage, XIXe siècle

  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Roquette

  • Chapelle Saint-Roch

  • Le village médiéval. Placettes, fontaines, passages sous voûtes, portes fortifiées ... Le village offre au visiteur une promenade très pittoresque. Parmi ses curiosités, la rue Pié, avec ses arcs de soutien très rapprochés, l’impasse du Four où se trouvait le four seigneurial, la place du Capitaine Vincent et son beau panorama sur Monaco ...

  • Le château. Il est construit en 970 par Conrad Ier, comte de Vintimille. Au XVe siècle, les Grimaldi renforcent le donjon. Vendu comme Bien national en 1808 a cinq citoyens de Roquebrune, il est revendu au début du XIXe siècle à un riche touriste britannique, Sir William Ingram, qui fait don du château à la commune en 1921. Depuis 1927, il est inscrit monument historique.

  • Le tombeau de Lumone. Les ruines du mausolée sont les seuls vestiges du relais de poste romain. La façade présente trois arcades, et les voûtes portent les traces d’anciennes fresques.

 


Notre dame de laguet


  •  Depuis  1652,  la  Vierge  manifeste  sa  présence  à  Laghet  par  une  série  de  grâces.  Le  Sanctuaire  a  été  construit  à  partir  de  1654  et  confié  aux  Carmes déchaux  de  1674  à  1905.  Actuellement,  communauté  des  Bénédictines  du  Sacré  Cœur  de  Montmartre.

    Dans  le  chœur  de  la  chapelle,  de  style  baroque,  statue  de  la  Vierge,  vénérée  depuis  plus  de  300  ans  par  les  niçois  et  les  italiens  de  la  province  d'Imperia. Nombreux  ex-votos.

 


drap


  • Chapelle  Ste  Catherine  construite  en  1220  à  la  mémoire  de  Ste  Catherine  d'Alexandrie.  Église  St  Jean  Baptiste  (XVIIe  siècle).  

 


aspremont


  • Église Saint-Jacques-le-Majeur

  • Chapelle Saint-Claude

  • Chapelle Notre-Dame-des-Salettes

 


La  Gaude


Voie  Aurélienne  avec  pierre  milliaire  gravée.  Écomusée  de  la  Coupole.


 


Vence


Source : office de tourisme


De son passé ligure, Vence a conservé le souvenir visible comme en attestent les Colonnes des Marseillais, vestiges d’un arc de triomphe romain, la Tour qui domine la cité médiévale, érigée au 12e siècle, le Château de Villeneuve datant du 17e siècle, les nombreuses portes et ouvrages d’architecture...

Des merveilles qui se cachent et se révèlent au gré des rues étroites.


  • Cathédrale Notre-Dame-de-la-Nativité. Construite au 4e siècle sur l’emplacement d’un temple romain, la Cathédrale prit sa forme définitive au 11e ou 12e siècle. A l’extérieur sur la gauche, la tour Saint-Lambert date du 12e siècle. La pierre, sur la gauche du fronton de la Cathédrale représente une dédicace faite par la cité de Vintium en hommage à l’empereur Gordien III. Elle date de l’an 239. La pierre à droite du fronton, retrace une dédicace faite à l’empereur Caesar Marcus Aurelius Antoninus Pius Felix, plus connu sous le nom d’Elagabal. Elle a été gravée en décembre 220. De la Place Godeau, une excellente vue s’offre sur le chevet roman et le clocher orné de créneaux (du 19e siècle). La Cathédrale abrite une mosaïque de Marc Chagall « Moïse sauvé des eaux » ainsi qu’un ensemble unique de statues en bois polychrome du 17e siècle auparavant exposées dans les chapelles du Calvaire.

  • Chapelle Sainte-Bernadette. Autrefois chapelle Saint-Jacques, elle fait partie de l’ancien hôpital du même nom qui est aujourd’hui une maison de retraite publique datant du XVIIIe, remanié au XIXe par les sœurs de la charité de Nevers.

  • Chapelle Sainte-Elisabeth. De style roman, elle date du XIVe. Les fresques ornant la voûte sont du XVe,

  • Chapelle Saint-Lambert. La tradition rapporte que saint Lambert, évêque de Vence de 1114 à 1154, aimait venir ici se recueillir et prier, tout en se désaltérant à une source proche. Cette source eu très vite la réputation de faire des miracles. On construisit une chapelle et jusqu’au XIXe ce fut un lieu de pèlerinage très fréquenté. La chapelle d’origine n’existe plus.

  • Chapelle Sainte-Colombe. Sur le tracé d’une route romaine, cette chapelle est probablement l’un des édifices religieux les plus anciens de Vence. Sa construction remonterait au Haut Moyen Age.

  • Chapelle du Rosaire des Chapelle des Dominicaines de Vence, appelée également « Chapelle Matisse ». Discrète, on ne la remarque que par son toit de tuiles blanches et bleues et par sa croix de fer forgé de 13 mètres de haut portant des croissants de lunes et des flammes dorées. Entouré de religieux, conseillé par des architectes, recourant à l’habileté d’entrepreneurs et artisans Vençois, Henri Matisse travailla quatre années, de 1948 à 1951, pour élaborer les plans de l’édifice et tous les détails de sa décoration.

  • Chapelle Saint-Raphaël du XIVe siècle (rénovée en 1988). Centre religieux de l’ancienne commune des Malvan rattachée à Vence en 1792. Construite sur un éperon rocheux, cette chapelle bénéficie d’un cadre et d’un point de vue remarquables sur la région. Chaque année la Fête de la Saint-Jean y est célébrée.

  • Chapelle Sainte-Anne. Proche d’un imposant Christ en croix. Notre Dame de la Pitié, plus connue sous le nom de Sainte-Anne. Édifiée sur demande de l’Evêque de Vence Pierre du Vair, elle a été placée sous le vocable de Chapelle Notre Dame des Douleurs. Consacrée en 1617, elle avait pour fonction d’abriter la confrérie vençoise des mères de famille. A la salle rectangulaire d’origine ont été ajoutées deux chapelles donnant la forme d’une croix, celle de gauche est dédiée à Saint-Joseph, celle de droite à Sainte-Anne. Dans le chœur se trouve un grand retable datant de 1700. Il est formé de colonnes cannelées entre lesquelles sont disposées des scènes peintes ou sculptées. Le clocher-mur et les vitraux datent de 1871.

  • Chapelle des Pénitents Blancs.  Dès le XIIIe on trouve ici une chapelle routière placée sous la protection de Sainte-Agathe, située sur le tracé de l’antique voie Romaine. Avant d’être agrandi, au XVIe, l’édifice primitif comprenait une abside et une petite nef rectangulaire.

 


Les Ferres


 



 


 


  • Église paroissiale Saint-Jacques 16e, désorientée : nef unique, abside semi-circulaire, haut et fort clocher carré antérieur à 3 étages qui semble inachevé ; décor intérieur Directoire.: Buste-reliquaire (2e moitié du 17e s.).

 


 


 


 


  • Petite chapelle-oratoire Sainte-Julie communément appelée Chapelle Sainte-Julie, patronne du village ;

  • Chapelle rurale Saint-Valentin.

  • Oratoire Notre-Dame-du-Broc.

 


La Colle-sur-Loup


(source commune de la Colle sur Loup)



 


  • L’Eglise Saint-Jacques s’impose à l’entrée du village. Elle fût construite en plusieurs étapes à partir de 1580. Tout d’abord, existait une chapelle dénommée Chapelle Saint-Jacques, dont il ne reste aujourd’hui qu’une porte au début de la rue Foch. Elle était le principal édifice religieux en venant de Saint-Paul mais s’avèrera, au 16e siècle, trop exigüe pour accueillir les nombreux fidèles. On décida donc d’ériger une église dont la construction fut autorisée par le Roi Charles IX en 1572. Dans un premier temps, elle ne fut constituée que par la nef puis par le clocher, édifié en 1673. Le chœur et la sacristie furent rajoutés en 1835. A voir la statue et des vitraux représentant Saint-Jacques-le-Majeur, Saint-Eloi et Saint-Roch et la Statue de Saint-Jacques

 


 


  • La Chapelle du Rosaire. A l’origine, la « Chapelle du Rosaire » était située rue Clémenceau (à l’emplacement de l’actuel magasin Casino et du Crédit Agricole). Il ne reste aujourd’hui que la porte de la bâtisse et son linteau. Sa construction avait été demandée en 1610 par une confrérie d’hommes laïcs dévoués aux pauvres, malades et mourants : les pénitents blancs.

  • Chapelle Saint-Donat – 17e siècle. Cette chapelle a été construite dans le quartier du Loup

  • Chapelle Saint Roch – 19e siècle. Parce qu’ils venaient d’être épargnés par une épidémie, les collois décidèrent d’édifier une chapelle dédiée à Saint-Roch, saint thérapeute d’une grande charité qui avait marqué le 13e siècle pour avoir consacré sa vie à soulager la souffrance des malades.

  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Consolation. L’existence de cette chapelle non loin du chemin du Pré du Bar n’est relatée qu’à travers des actes datant du XVIe siècle, parmi lesquels le mariage de François Layet. Aujourd’hui, elle peut être vue par le chemin de Saint-Etienne face à la « calade ».

 


Valbonne


  • Abbaye de Valbonne. L’église abbatiale romane du XIIIe siècle devenue église paroissiale à la construction du village, est l’exemple parfait de l'art chalaisien, très proche de l'art primitif cistercien. Le clocher a été ajouté au XIXe siècle. Plusieurs chapelles et oratoires, au village et dans la campagne, complètent l’architecture religieuse. Les bâtiments conventuels, bien conservés, dont la restauration commencée en 1970 se poursuit, accueillent le musée du Patrimoine « Le Vieux Valbonne »12 qui présente de nombreux objets, ustensiles et outils représentatifs de la vie rurale du village et fait revivre, au travers de présentations et d’ouvrages, l’histoire du village et de l’ordre monastique de Chalais.

  • Chapelle Saint-Bernardin, XVIe siècle

  • Chapelle Saint-Roch, XVIIIe siècle

  • Chapelle Notre-Dame-du-Taméié, XVe siècle

  • Église Saint Paul-des-Nations, XXIe siècle.

  • Chapelle  Notre-­‐Dame-du-Brusc  (sépultures  jacquaires)  

  • Aqueduc de la Bouillide. Date du dernier tiers du Ier siècle.

 


Mouans-Sartoux


Église paroissiale Saint-André, XVIe siècle. Lorsqu'en 1496 Pierre de Grasse décide de repeupler le territoire, il fait construire un nouveau village proche du Prieuré rural de Saint-André. C'est à partir de ce Prieuré que va s'édifier la nouvelle Église de Mouans. Construite à la fin du 15e siècle, elle gardera Saint-André comme patronyme. L'Église subit de nombreuses modifications au cours des siècles. Une des plus importantes fut la construction du clocher en 1760.


Château, construit de la fin du XVe siècle au tout début du XVIe siècle, est resté la propriété des Grasse jusqu'en 1750, puis il passa aux Villeneuve. Au cours de la Révolution, le château de Mouans subit le sort de bon nombre de demeures seigneuriales. C'est « la bonne ville de Grasse », qui le détruira en grande partie.


 


Mandelieu  la  Napoule


Capitale  du  mimosa  (fête  en  février)


  • Église paroissiale Saint-Pons, 1763, au Capitou.

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption, XIVe siècle.

  • Chapelle Notre-Dame-des-Mimosas, 1927

  • Château  de  La  Napoule  du  XIVe  siècle  :  détruit,  il  fut  reconstruit  au  début  du  XXe  siècle  par  l'artiste  américain  Henri  Clews. Il  abrite  aujourd'hui  une  fondation  d'art  avec  des  œuvres  de  cet artiste.

 


Mougins


(sources : Mougins-tourisme)


  • Eglise Saint-Jacques-le-Majeur. Au  cœur  du  village de Mougins,  L'Eglise Saint-Jacques-le-Majeur  fut  construit en  trois  fois. La  sacristie  date  du 11e siècle. L’Eglise a été agrandie aux 18e et 19e siècles. A l’intérieur de l’église, on peut admirer des statues de Saint-Joseph et Sainte-Marie en carton doré de l’Ecole de Grasse du 18e siècle, un  crucifix du 15e siècle en bois doré et polychrome. Le bénitier et les fonds baptismaux sont du 18e siècle. Dans le chœur, la pierre d’autel a été taillée au 11e siècle.

Statue de Saint-Jacques


  • Chapelle Notre-Dame-de-Vie bâtie au XIIe siècle a été reconstruite en 1655 selon sa structure initiale légèrement agrandie. Elle jouxte la résidence de Picasso

  • Chapelle Saint-Barthélémy.  L’histoire dit que la chapelle Saint-Barthélemy, fut édifiée pour apaiser les craintes de la population à la veille de l’An 1000. Elle s’assurait ainsi la protection divine contre l’apocalypse  du  nouveau  millénaire. La  chapelle  est un  intéressant  monument historique, de forme octogonale particulièrement rare pour un édifice religieux, avec son abside en hémicycle, son porche abritant la porte et le petit clocher qui coiffe son chevet.

 


Théoule sur mer


Sources : commune de Théoule


  • Château de Théoule (XVIIe siècle). A l'origine, le château était une savonnerie construite en 1630 par un groupe de marseillais. Elle était alimentée par les oliveraies de la région et la soude nécessaire à la fabrication du savon venait d'Egypte. Il reste du bâtiment d'origine les fondations et les caves voutées. Le château fut reconstruit à la fin du XIXe siècle et transformé plusieurs fois avant de prendre sa forme définitive vers 1905.

  • Eglise Sainte-Germaine (1927)


 


Statue Notre  Dame  d’Afrique  (Fortuné Evangélisti). L'œuvre a été commencée en 1990 et achevée en 2013. Sanctuaire et lieu de pèlerinage des français d'Algérie située au milieu des collines qui dominent la mer et sur le chemin de Compostelle. La statue mesure 12 mètres de hauteur, la couronne mesure 2 mètres de diamètre. Copie   de  la statue  de  la  Cathédrale  d'Alger  et  qui  rappelle  aux  «  Pieds   noirs  »  leur  " Pays  perdu".