Vous êtes ici

Patrimoine dans les Alpes-de-Haute-Provence

 

 

CHOISIR UN AUTRE DEPARTEMENT : Hautes-Alpes,     Alpes-Maritimes,    Bouches-du-Rhône,    Corse,    Var,    Vaucluse

 

Consulter l'inventaire du patrimoine des Alpes-de-Haute-Provence

 

Chateaufort

 

 

  • Chapelle Saint-Jaume ou chapelle Saint-Laurent qui daterait du 11ème siècle est une construction romane de belle facture avec une nef unique et surmontée d'un mur-clocher à deux arcs. C'est un lieu paisible pour pique-niquer ou se recueillir au pied d'un grand chêne

 

Méolans-Revel

  • L’église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur est ornée sur sa façade d’une petite statue de saint Jacques, de style gothique et datant de la fin du XVe siècle. Elle possède encore des éléments de son architecture en style gothique. La chapelle nord est voûtée d’ogives. Elle date du tournant des XVIe et XVIIe siècles. Le clocher du XVIe siècle est isolé sur un rocher dominant le village de Méolans. Il est construit avec l’église Saint-Julien, disparue depuis. Visible de loin et célèbre dans toute la région, c’est un site classé depuis 1944.Au chevet, un tableau de Patritti (1857) figure une Résurrection du Christ avec l'apôtre Jacques le Majeur, patron de l'église, pour témoin.

 

Peyruis

Oratoire Saint-Jacques La voie royale       Reliquaire Saint-Jacques

 

Reillanne

 

 

  • Placée sur la voie Domitia, Reillanne a vu passer des voyageurs en route vers l'Espagne et d'autres en route vers l'Italie, donc sans doute parmi eux des pèlerins de Compostelle et de Rome mais aucune trace n'en a été trouvée jusqu'à présent.

 

 

 

 

  • Par contre l'église de la ville conserve un témoignage unique d'un culte à saint Jacques et saint Martin,

 

 

 

 

 

sous la forme d'un devant d'autel qui abritait des reliques et était muni d'ouvertures permettant aux pèlerins de toucher ces reliques.

 

 

 

Cette pièce unique était autrefois dans un sanctuaire de pèlerinage local au lieu-dit Font-Clavière près du hameau de Burle, anciennement nommé Saint-Jacques. Elle a pu être sauvée et restaurée grâce à l'action d'érudits locaux soutenus par la municipalité.